Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Atelier Galerie La Villa des Roses
  • Atelier Galerie La Villa des Roses
  • : Jacques Ibarra est céramiste depuis les années 50. Crée des sculptures sur des thèmes divers qu'il accompagne d'estampes originales(Gravures et sérigraphies)
  • Contact

Recherche

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 21:21

Anne Dangar est née en Australie, a étudié et enseigné la peinture à la Sydney Art School.En 1926, accompagnée d'amies australiennes et artistes, elle vient en France découvrir l'Art moderne.

A Paris, elle s'inscrit à l'académie André Lhote fréquentée par des artistes du monde entier. Comme eux, elle suit avec application l'enseignement du maître, les principes d'un cubisme figuratif, à l'atelier de la rue d'Odessa à Paris et à Mirmande petit village de la Drôme où le maître transfert ses cours en été  " son académie aux champs".

Comme les autres élèves, à Mirmande, elle loge chez l'habitant. Un registre de pension de 1928 la mentionne habitant chez Gabriel Simian et une de ses toiles de cette année là représente le village de Mirmande les peupliers bordant la Teyssonne au premier plan. En 1938, 1939 et 1940, à l'occasion de cuissons de ses pièces à la fabrique de  Cliousclat, elle reviendra loger à Mirmande chez son amie Fifine.

Après divers voyages en Angleterre, en Italie, en Provence, un retour en Australie de deux années, elle revient en France répondant favorablement à Albert Gleizes, autre peintre cubiste qui lui propose de rejoindre Moly Sabata ancienne maison de batelier située au bord du Rhône à Sablons (Isère) en face de Serrières (Ardèche) où il tente avec son épouse d'organiser des rencontres et des séjours d'artistes et d'artisans.

Au printemps 1930, Anne Dangar s'installe à Moly Sabata et là, pour subvenir à ses besoins financiers, après un apprentissage chez un potier local à Saint-Désirat, elle se voue à la céramique.Sans four à Moly Sabata, elle cuit ses pièces  chez les potiers de la région: Nicolas à Saint-Désirat, Bert à Roussillon, Angolras à Cliousclat. Cette collaboration se poursuivra pendant des années.jusqu'à ce qu'elle puisse construire un four à Moly Sabata....en 1947.

Pendant plus de vingt ans, elle travaille avec énergie et mène une vie difficile se consacrant à la création de poteries vernissées utilitaires et rustiques qu'elle vend lors d'expositions à Annonay, Tournon, Saint-Félicien, puis à Grenoble, à Lyon chez Marcel Michaud, et à l'exposition internationale de Paris où elle obtient une médaille d'Or. Elle participe à des expositions d'Albert Gleizes avec des coupes et des panneaux de carreaux accompagnant les toiles du maître. Ouverte aux habitants de Serrières et Sablons, elle donne des cours de dessin et de modelage aux enfants.Elle est très populaire et aimée. Elle est Miss Dangar.

En mai 1939, elle part au Maroc invitée par l'épouse du gouverneur général de Rabat qui veut qu'elle établisse une expertise de l'artisanat potier du Maroc.Elle visite les ateliers et apprécie les méthodes traditionnelles des potiers arabes. Elle y reste jusqu'en décembre hésitant à rentrer en France car Sablons et Serrières sont occupés par les troupes allemandes. Le Consulat britannique lui conseille de quitter la France mais elle refuse. En 1943 avec d'autres étrangers, elle est retenue à la caserne de Grenoble. Avec l'aide des Gleizes, elle échappe à la déportation en Allemagne. Elle revient à Moly Sabata très troublée et très fatiguée, elle songe à rejoindre l'Australie.

En novembre 1944, la vallée du Rhône est libérée; Anne Dangar satisfaite de retrouver des clients et surtout contente d'être reconnue professionnellement se remet à travailler pour préparer de nouvelles expositions et réaliser une fresque à l'hôtel de Serrières. Elle entreprend la construction du four tant désiré, il sera finalement terminé en 1947..Elle reçoit des commandes d'objets liturgiques pour la chapelle de l'Abbaye de la Pierre qui Vire dans Yonne. En amitié avec Angelico Surchamp ordonné prêtre, elle se fait baptiser en l'église de Sablons en mars 1951. Elle meurt le 4 septembre 1951.

L'exposition et le catalogue que le Musée de Valence a consacré au travail d'Anne Dangar permet de découvrir une potière singulière et très attachante. On comprend que venue en France pour acquérir les principes fondateurs du cubisme en peinture, Anne Dangar dans un premier temps a intégré la méthode enseignée par André Lhote, un art figuratif et profane puis découvrant à Moly Sabata une communauté d'artistes, la prédominance de la religion  dans l'art  abstrait d'Albert Gleizes,, elle trouve en Albert Gleizes un maître spirituel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques IBARRA
commenter cet article

commentaires